Lotropedia- Peuples - Les Elfes Noldor

Caractéristiques

Les Noldor sont le deuxième clan des Eldar à entreprendre la grande marche depuis Cuívenen. Ce sont les 2 autres clans qui les nommèrent Noldor, et ils acceptèrent l'appellation. On peut traduire ce terme par " Les Sages ", car dès le début, les Eldar de ce groupe étaient les plus habiles dans l’art de créer des objets ou tout ce qui demandait un certain talent et de l'imagination ainsi qu'une énorme soif de connaissances.

Ils ont élu Finwë Noldorán comme roi et ils le suivirent à Valinor. Les Noldor sont en général plus grands que les autres Elfes. Ils ressemblent un peu au Vanyar, mais ils sont plus basanés avec des cheveux foncés et des yeux gris acier.

Dans leur jeunesse, c'était un des peuples les plus turbulents d’Arda. Ils sont les créateurs des pierres précieuses, entre autres les célèbres Silmarilli i Cúrufinwë Fëanáro ( les Silmarilli de Fëanor ) ainsi que les créateurs de plusieurs merveilleuses œuvres à Valinor comme sur Endor (Endor, la Terre du Milieu).

Les Noldor sont aussi les principaux créateurs du Quenya (Quenya) la langue parlée au royaume bienheureux ainsi que le Tengwar (Tengwar), l'écriture pour le transcrire ( aussi appelés les Tengwar de Fëanor car il les améliora du temps où les deux arbres étaient encore en vie ).

La division des Noldor

L'histoire des Noldor

Finwë voulait autant partir que son ami Ingwë mais il se heurta à une dissension au sein de son propre clan qui retarda leur départ de Cúivenen. Bien que les Noldor disent le contraire, la moitié du clan préféra rester en arrière et les Tátyar furent séparés. On raconte que lorsque les Noldor sont revenus au Beleriand bien plus tard, rencontrant pour la première fois des Avarí, ceux-ci prétendirent être issus du même clan qu'eux. Les Noldor exilés furent outragés et une grande inimitié se dessina entre les Avarí et leurs prétendus trop fiers cousins Noldor.

Le voyage depuis Cúivenen se déroula à une bonne vitesse, mais comme Finwë et Elwë étaient de grands amis, les Noldor ralentirent le pas pour permettre aux Lindar (Teleris) de les rattraper. D'ailleurs la plupart d'entre eux ne souhaitaient pas quitter trop vite la Terre du Milieu, à cause de toutes les choses merveilleuses qu'ils découvraient en chemin.

Arrivés sur les côtes de Beleriand ils séjournèrent avec les Vanyar qui étaient effrayés par l'océan. Ils franchirent l'océan avec eux sur l'île qui deviendra l'île solitaire ou Tol Ëressëa ( Tol ëreasia ) en Quenya.

Les travaux des Noldor

À Valinor les Noldor devinrent les Eldar préférés du Vala Aulë ( dieu de la substance d'Arda ) qui trouvait en eux des élèves doués, et Námo, le sage plus connu sous le nom de l'endroit où il réside, à savoir Mandos (Le juge des Valar ). Les Noldor alors en plein essor firent des travaux dont le renom est encore exalté à ce jour. Ils construisirent pour eux et les Vanyar la cité de Tirion sur la colline de Túna, dans le pays d'Eldamar. Mais les Vanyar décidèrent après un certain temps d'aller habiter en pleine lumière des deux arbres.

La venue de Fëanor

Les membres les plus illustres des Noldor sont les princes et princesses de la maison de Finwë. Quand les Noldor furent bien installés dans Tirion en pleine gloire de leurs travaux, Finwë prit Miríel Serindë comme épouse. C'était une Noldo de qui il s’était épris pendant le grand voyage. Elle était très talentueuse dans l'art de la broderie, c'est pourquoi elle fut nommé Serindë qui signifie " la tisseuse "; ils vécurent des années de bonheur dans la félicité de Valinor et elle finit par tomber enceinte.

Lorsque Miríel mit son enfant au monde, elle eut l'impression que toute l’énergie, les talents et la force qui lui auraient permis d'avoir plusieurs enfants passa dans un seul, la brûlant intérieurement. C’est pourquoi elle nomma son fils Fëanáro, ( Fëanáro ) ce qui signifie " Esprit du feu ". Après la naissance, elle perdit tout désir de vivre et ne trouvant plus aucune joie, elle se mit à souffrir. Finwë désespéré, demanda conseil aux Valar qui proposèrent à Miríel de prendre du repos dans les jardins de Lórien pendant que Finwë s'occuperait de son fils qu'il nomma Cúrufinwë (Cúrufinwë) ce qui signifie " l'habile Finwë " et en cela, il eut une vision, car son fils fut le plus doué et le plus talentueux des Noldor dans tous les domaines.

Cependant, Miríel désirait vraiment être débarrassée du fardeau de la vie et son esprit quitta son corps pour se rendre dans les cavernes de l'attente, à Mandos. Finwë vint souvent visiter son épouse dans les jardins d'Irmó ( Le Vala du repos et des rêves) mais le corps de Miríel restait sans vie ( à Valinor tout est immortel et il n'y a pas de décomposition ). Il en conçut une grande tristesse et reporta dès lors toute son affection sur son fils, qui fut plutôt connu par le nom reçu de sa mère : en effet, Fëanor n'était pas seulement talentueux, il était arrogant, d'humeur sombre, avec une très forte personnalité mais un mauvais caractère . Il méritait vraiment son nom de Fëanáro (plus tard son nom fut adapté à Fëanor en Sindarin). Les choses améliorées par Fëanáro sont tellement nombreuses que je ne vous énumérerai que quelques-unes : C'est lui qui trouva le moyen de fabriquer des gemmes encore plus grosses que celle que l'on trouvait dans le sol, lui qui réorganisa les Tengwar de Rúmil, lui enfin qui fabriqua les Silmarilli.

Les premiers troubles

 Bien après la mort de Miriel, la femme de Finwë Noldorán, Ingwë invita son vieil ami à venir soulager sa peine chez lui et à vivre quelque temps parmi les Vanyar. Indis, la sœur d'Ingwë ne s'était jamais mariée car elle aimait Finwë depuis longtemps, mais elle était restée silencieuse quand celui-ci épousa Miriel à Tirion. Restée solitaire, elle avait suivi son frère sur le Taniquetil quand le clan des Vanyar avait quitté Tirion pour l’intérieur du royaume de Valinor.

Indis se promenait sur le pentes du Taniquetil lorsqu’elle aperçut Finwë qui passait dans les environs. Une grande joie s'empara d'elle et elle se mit à chanter comme elle ne l'avait jamais fait auparavant et Finwë l'entendit. C'est à ce moment-là qu'il repoussa sa peine et tomba amoureux de la belle Indis. Cela rapprocha les Noldor des Minyar. Mais il y eut très vite un problème, car la loi de Valinor ne permettait pas à un ou une Elfe, de se marier deux fois. Les Elfes sont des êtres immortels et, même si leur corps peut être détruit, leur esprit demeure et peut être réincarné dans un corps exactement, comme le précédent, avant de mourir de façon non-naturelle et de reprendre sa vie à la place qu'il ou elle, avait laissée en mourant. Le problème était que Miríel ne voulait pas revenir et cela Finwë le savait. Alors lorsqu'il voulu épouser Indis, un problème surgit car il était toujours marié à Miríel.

Les Vanyar transcrirent donc les débats des Valar sur ce sujet et il fut décidé que lorsque un des deux époux décédait et qu'un des deux ne voulait mettre fin au mariage, il fallait l'accord des deux partis, alors la personne décédée ne pouvait revenir à la vie et l'autre pouvait se remarier. C'est ainsi que Finwë et Indis purent se marier et retrouvèrent la joie. Malheureusement ce mariage n'apporta pas que de la joie, Fëanáro fut jaloux et il n’aima jamais ni Indis, ni ses enfants. Il préféra s'éloigner et assouvir sa soif de connaissance.

Finwë eut 5 enfants d'Indis, 3 filles et 2 fils ( Nolófinwë Ingoldo ( Fingolfin ) et Arafinwë Ingalaurë (Finarfin)). Les enfants d'Indis étaient tous de bonnes personnes qui compensaient les méfaits que commirent plus tard Fëanor et ses enfants.

Alors qu'il résidait chez un de ses enseignants, Fëanor trouva une femme avec qui il avait plusieurs affinités et il eut tôt fait de l'épouser. Cette femme se nommait Nerdanel ( la fille de son professeur ), elle lui donna sept fils.

 La libération de Melkor

Le temps passa. Les enfants d'Indis eurent leurs propres enfants et ce fut le temps de la libération de Melkor. Il fut libéré et plaida pour sa cause; comme Manwë était sans malice, il n'était pas capable de comprendre que la noirceur de Melkor était ancrée à jamais dans son cœur. Il le libéra à condition qu'il reste en garde à vue pour un certain temps. Melkor promit alors qu'il serait le dernier des Valar et pour un temps il se mit à réparer les choses qu'il avait dénaturées. Il devint de plus en plus amical avec les Elfes, mais au plus profond de son âme, il préparait secrètement sa revanche.

Les Vanyar et les Teleri ne prêtèrent pas l'oreille à ses paroles mais Melkor avait l’oreille d’un grand nombre des Noldor qui étaient avides d'apprendre tout ce qu'il voulait leur enseigner. Au début, cela leur fut profitable, mais il aurait mieux valu qu'ils ne l'écoutent pas, car le poison de ses mensonges allaient bientôt transformer le bonheur de Valinor en grande tristesse.

Fëanor et les silmarils

 Vint un temps où Fëanor eut une prémonition et se demanda comment préserver la lumière des deux arbres pour toujours. Il créa les 3 Silmarils, les plus beaux joyaux de tous les temps. Ils étaient faits d'un cristal spécial que Fëanor mit au point et il enferma à l’intérieur la lumière bénite des arbres. Les joyaux resplendissaient de la lumière des deux arbres et tous les habitants de Valinor furent fascinés, au point que Varda la reine des Valar les bénit afin qu'aucune main mauvaise ou mortelle puisse y toucher sans être atrocement brûlée.

De tous les Eldar, Melkor recherchait particulièrement l'amitié de Fëanor, mais celui-ci, étant trop fier pour demander de l'aide, refusait constamment l'aide du Vala. Il le détestait pour l’hypocrisie qu’il devinait sous ses bonnes manières. En cela, Fëanor rejoignait Galadriel sa nièce ( la fille de Finarfin ) qui avait elle aussi percé melkor à jour. Par malice, Melkor commença à faire circuler parmi les Noldor la rumeur selon laquelle il aurait lui-même inspiré les Silmarils à Fëanor. Il voulait ainsi qu’un peu de leur gloire rejaillisse sur lui, mais en fait Melkor désirait par-dessus tout posséder ces joyaux.

Le réveil de l'ombre

Fëanor pendant ce temps devenait de plus en plus avare de ses Silmarils qu'il portait toujours sur son front. Melkor décida alors de frapper en exploitant la fragile harmonie qui régnait au sein de la famille princière. Bien que les enfants d'Indis n'avaient rien contre leur demi-frère, Melkor fit circuler la rumeur que Fingolfin tentait de détrôner Finwë de la régence des Noldor. Fingolfin était soi-disant appuyé par les Valar qui étaient mécontents que les Silmarilli ne soient pas en leur garde. Ils auraient dit aux enfants d'Indis que Fëanor les ferait chasser de Túna.

Ensuite Melkor se mit à parler des grandes étendues de la Terre du Milieu et fit croire aux Noldor que les Valar les gardaient prisonniers à Valinor pour pouvoir mieux les contrôler et donner la terre aux futurs humains ( plus facile à soumettre ). Ce fut la première fois que les Eldar entendirent parler des humains. Un vent de rébellion commença à souffler sur les Noldor. L'atmosphère à Tirion se réchauffa car les habitants étaient séparés en 2 factions et Melkor parla alors de la fabrication des armes. Les Eldar n'avaient plus eu besoin d'armes à Valinor et ils les avaient oubliées, mais Melkor leur enseigna à en faire de meilleures.

Au début, l’existence des armes étaient tenues secrète et chaque faction croyait qu'elle était la seule à en posséder. Fëanor se construisit une forge secrète pour forger des armes et même Melkor en ignorait l'existence. Fëanor commença à parler ouvertement de rébellion contre les Valar et les Noldor commencèrent à se vêtir de casques, d'armures et de boucliers. Finwë était troublé par tout se qui ce passait et il convoqua le conseil des Noldor. Fingolfin vint parler à son père des actions de son demi-frère, Fëanor entra dans le palais armé d'un glaive. Il surprit la conversation de son demi-frère avec son père et se mit en colère. Fëanor menaça Fingolfin avec son arme devant tous les Noldor présents. Quand la nouvelle fut connue des Valar, ils condamnèrent Fëanor à l'exil de Tirion. Finwë, qui ne voulait pas être séparé de son fils, déclara qu'il ne serait plus roi jusqu'à ce que son fils soit grâcié et il le suivit en exil. La couronne des Noldor passa donc à Fingolfin ( réalisant par le fait même les mensonges de Melkor ).

Les Valar analysèrent la situation et la machination de Melkor fut découverte. Manwë envoya Oromë et Tulkas ( le Vala de la guerre ) à sa recherche mais il avait disparu. Fëanor et ses partisans ( moins nombreux que ceux des fils d'Indis ) construisirent une forteresse appelée Formenos dans le nord de Valinor. Le temps passa et Melkor fut un peu oublié par les Valar. Un semblant de bonheur revint à Valinor.

Mais Melkor reparut à Formenos. Il désirait discuter avec Fëanor et tenta de le convaincre de venir avec lui dans la Terre du Milieu, à la tête des Noldor. Voyant que son discours n'avait pas le résultat escompté, il joua sur la corde sensible de Fëanor : " les Silmarils ". Dès cet instant, Fëanor perça le coeur noir de Melkor et décela son envie de posséder les Silmarils. Enflamma de colère Fëanor le nomma le Morgoth ( Le noir Ennemi ) puis claqua la porte au nez de l'être le plus puissant d'Arda. Melkor dût une fois de plus se sauver car il était traqué.

Le vol des silmarils

Finalement les Valar apprirent par les Lindar que Melkor s'était sauvé tel un nuage noir vers le nord. Manwë pensa qu'il avait décidé de se rendre à son ancienne forteresse dans le grand Nord de la Terre du Milieu et fut soulagé qu'il n'ait pas fait plus de dégats à Valinor.

En réalité, Melkor avait fait semblant de se diriger vers le nord puis se tourna vers le sud de Valinor de l'autre côté des Pelóri. Là, il rencontra Úngoliantë, une de ses anciennes alliées qui s'était rebellée et vivait maintenant sous la forme d’une araignée géante au sud de Valinor, à l'abri de la lumière avec laquelle elle se nourrissait bien qu'elle la détestait . Melkor prépara un plan avec Üngoliantë pour le grand malheur de Valinor.

Manwë étant conscient du malaise parmi les Noldor. Il décida d'organiser une grande fête dans son palais pour tous les Eldar. Les Vanyar y étaient tous avec les Noldor de Tirion mais de Formenos, seul Fëanor vint sans grand apparat. Les Lindar eux ne se préoccupaient pas des événements de Valinor et ils restèrent tous à Alqualondë. Melkor était au courant que ce jour-là était un jour de fête et il décida de mettre son plan à exécution. Il demanda à Úngoliantë de détruire les deux Arbres et de se nourrir de leurs lumières. Morgoth avait son propre plan : il profiterait de la panique pour s'emparer des joyaux de Fëanor et peut-être même le tuer. Mais la soif d'Ungoliantë était sans fin et elle gagna tellement en taille et force qu'elle pouvait menacer même Melkor.

À Formenos, le Noir ennemi tua Finwë qui protégeait le trésor de son fils pendant que les autres Elfes s'étaient sauvés au loin, terrorisés. Melkor n'eut le temps que de s'emparer des Silmarils et de quelques autres joyaux avant d'être rejoint par la monstrueuse Ungoliantë. Il dût abandonner le reste du butin à ce gouffre sans fond. Ensuite il voulut prendre la fuite mais Ungoliantë le rattrapa sur la côte de la Terre du Milieu et elle exigea qu’il lui donne ce qu'il avait dans les mains, comme promis . Melkor refusa de donner les Silmarils qui pourtant lui brûlaient atrocement la main droite. Comme Ungoliantë se fit menaçante, Morgoth poussa un long cri, le plus grand et le plus horrible de toute l'histoire du monde, au point qu’aujourd'hui encore, si vous faites du bruit près des montagnes où il poussa son cri, vous réveillerez son écho. Les serviteurs de Morgoth qui étaient resté cachés, en entendant son cri vinrent immédiatement à son secours et Ungoliantë préféra fuir.

Le serment de Fëanor

La perte subite de lumière causa la panique au palais et Manwë devina que Melkor était à l'oeuvre. Tous les gens se rendirent sur la colline des deux arbres près de Valmar et entrevirent le sort de Telperion et Laurëlin. Yavanna, qui avait créé les arbres, déclara qu’il était possible de régénérer les deux arbres si Fëanor acceptait qu'elle utilise la lumière des Silmarils. Tous se tournèrent vers Fëanor qui après une certaine réflexion refusa de laisser détruire son oeuvre car comme les 2 deux arbres de Yavanna, c'était un travail qui ne peut s'accomplir qu'une seule fois.

Mais les nouvelles de Formenos atteignirent alors les gens affligés près des troncs asséchés de Telperion et Laurëlin. Alors, les Valar surent que le destin des arbres était scellé et Yavanna tenta de faire son possible pour sauver le peu de vie que le poison d'Úngoliantë n'avait pas retiré. Le chant de Yavanna, de Nienna ( la Vali du chagrin et de la guérison ) et de la blonde Vána ( déesse de la beauté et des animaux ) permit à Telperion de faire pousser une dernière feuille argentée. Et Laurëlin un dernier fruit doré. Fëanor fut anéanti par la nouvelle de la mort de son père et le vol des Silmaril. Il repartit vers Formenos sans un mot et les Noldor retournèrent à Tirion, laissant les Vanyar pleurer sur les Arbres.

Fëanor était chauffé à blanc, il rassembla tout son peuple de Formenos, s'arma et désobéit à l'interdiction des Valar de se rendre à Tirion. Là, il fit un discours d'une telle intensité et avec tant d'habileté qu'il convainquit les Noldor de quitter Valinor avec lui pour se venger des affronts que Morgoth leur avait fait subir. Fingolfin et Finarfin se prononcèrent contre cette décision,         arguant que c'était pure folie que de s'attaquer à Morgoth sans l'aide des Valar.

Alors Fëanor et ses fils prononcèrent un serment si terrible que seul Ilúvatar pouvait le briser, connu sous le nom du serment de Fëanor : ils jurèrent de poursuivre de leur haine et leur vengeance jusqu'aux confins du monde tout Vala, démon, Elfe, Humain ou tout être encore à naître, toute créature grande ou petite, bonne ou mauvaise qui pourrait venir au monde jusqu'à la fin des temps et qui aurait un Silmaril en sa possession.

L'exil des Noldor

Les Noldor de Tirion ne jurèrent pas, mais la plupart d’entre eux approuvait Fëanor. Même les fils d'Indis furent contraint de les suivre car leurs propres enfants les poussaient à les accompagner. Et bien des Noldor préférèrent suivre Fingolfin plutôt que Fëanor. Celui-ci s'aperçut d'un problème, comment traverser l'océan ? Il ne voulait pas attendre que l'ardeur de son clan diminue, car il ne voulait pas que les Noldor commencent à réfléchir et décident de changer d'avis.

Alors il pensa aux bateaux des Teleri ( les Lindar ). Il décida de les convaincre de le suivre, mais les Lindar tentèrent au contraire de les dissuader de partir et leur déclarèrent qu’ils ne leur fourniraient aucune aide. Fëanor entra alors dans une colère noire et à l'aide de son peuple, il attaqua le port des Lindar (Alqualondë) pour prendre leurs navires de force.

Au début ils eurent le dessus, mais d’autres Teleri affluaient et les Noldor furent repoussés avec de lourdes pertes.

Quand les gens de Fingolfin arrivèrent finalement, voyant leurs camarades en déroute, ils se lancèrent dans la bataille sans se poser de questions. Les Teleri furent battus. Seuls les gens de Finarfin ne participèrent pas à la bataille car Ëarwen la femme de Finarfin était la fille d'Olwë le roi d'Alqualondë. Finrod, Orodreth, Angrod, Aegnor et Galadriel les enfants de celle-ci portèrent depuis une haine à Fëanor et se mirent à sa poursuite, dans le but de venger leur parents Teleri décédés.

Mais la haine peu à peu diminua car ils étaient tous sages et Galadriel avait été parmi les chefs de la rébellion contre les Valar et elle se languissait d'avoir son propre royaume dans les étendues de la terre du milieu.

La malédiction de Mandos

Manwë bien sûr était attristé par la rébellion des Noldor, mais il ne voulait pas non plus les retenir par la force. Les Eldar étaient venus à Valinor libres de s'installer ou de s'en aller. Il envoya quand même un messager pour les dissuader. Mais Fëanor répondit de telle façon que le messager fut à court d'arguments et les Noldor poursuivirent leur route. Alors qu'ils suivaient le bras de terre qui reliait Valinor à la Terre du Milieu loin dans le nord, Mandos apparut soudain et déclara le jugement des Valar.

Il édicta ce qui fut ensuite connu sous la malédiction de Mandos :

« Tous les Noldor qui ne chercheraient pas le pardon des Valar encourraient alors la malédiction qui amènera beaucoup de tristesse et ils auraient tous la peur d'être trahis par les leurs. »

Fëanor répondit alors, qu'ils savaient que l'exil ne sera pas chose facile, et qu'ils soient remplis de tristesse ou pas, les oeuvres des Noldor seront immortalisées dans des chansons que personne n'oubliera jamais (Fëanor en cela ne se trompa pas). Toutefois, certains Noldor se prirent de remords et décidèrent de retourner à Tirion, Finarfin était leur chef. Ce n’est pas la peur du voyage qui les fit faire demi-tour, seulement, ils ne pouvaient oublier leur merveilleuse cité de Tirion sur la colline de Túna.

Tous les enfants de Finarfin continuèrent le voyage. Fëanor fut content d'être débarrassé enfin de ceux qui le retardaient et beaucoup embarquèrent sur les bateaux volés aux Teleri tandis que d'autres continuèrent sur la côte.

Dans le détroit d'Helcarexë, le climat est très froid et rude, Fëanor trouvait le cheminement trop long car il désespérait de rattraper Morgoth. Il avertit ses fils ainsi que ceux en qui il avait totalement confiance et ils prirent tous les navires, abandonnant les suivants de Fingolfin à une mort presque certaine sur les côtes de glaces.

Ce fut la première machination de la malédiction de Mandos et cela allait bien longtemps affecter les relations entre les gens de Fëanor et ceux qui survivraient à l'enfer glacé.  (Pour la suite, voir l'histoire des Lindar ou celle des Ainur).

 

Précédent
Lotropedia - Peuples - Les Elfes, histoire millénaire

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.