Bree

Impatient à l'idée de retrouver un lieu civilisé après ces quelques jours passés dans des lieux hostiles, je fis galoper Trotteur en direction de la Porte Ouest de Bree. Le village se découpait à l'horizon au sommet de sa petite colline.

 

La nuit était tombée et des étoiles blanches brillaient, quand Frodon et ses compagnons arrivèrent enfin au carrefour du Chemin Vert et approchèrent du village.

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau, Livre 1 chapitre 9, J.R.R. Tolkien.

La route était assez fréquentée et je croisai des Hobbits et des Hommes divers qui vaquaient à leurs occupations. J'arrivai très vite au carrefour du Chemin Vert qui partait vers le Nord et le Sud. Droit devant moi je pouvais voir la grande Porte Ouest de Bree plantée au milieu d'une haute haie. Elle était ouverte car le soleil n'était pas encore couché malgré le jour déclinant. Je m'y dirigeai avec empressement.

 

Même du dehors, l'auberge avait un aspect assez agréable pour des yeux familiers.Elle avait une façade sur la route et deux ailes en retrait, et elle était bâtie sur un terrain en partie creusé dans le bas de la colline, de sorte que, derrière, les fenêtres du second étage se trouvaient au niveau du sol. Une grande arche donnait sur une cour entre les deux ailes, et à gauche sous la voûte se trouvait une grande porte, précédée de quelques longues marches. La porte était ouverte, et il en sortait un flot de lumière. Au-dessus de l'arche, il y avait une lanterne, et en-dessous se balançait une grande enseigne: un gros poney blanc dressé sur les jambes de derrière.

Le Seigneur des Anneaux, la Communauté de l'Anneau, Livre 1 chapitre 9, J.R.R. Tolkien.

 

 

Passé la porte Ouest, je fus pris dans l'agitation de la fin de journée. Je devais faire attention à ne bousculer personne avec Trotteur qui était contraint de marcher au pas. Je dus me frayer un chemin sur la pente qui menait à l'auberge du Poney Fringant et je fus soulagé quand je parvins sans incident sur la cour dégagée devant l'entrée du grand bâtiment. L'enseigne avait semble-t-il été repeinte. Lorsque je fus assez près, Job, le hobbit en charge des écuries, me reconnut et s'empressa de venir s'occuper de Trotteur. Je lui remis une pièce d'argent et il me remercia chaleureusement. Ceci fait, je me dirigeai vers l'entrée de la salle commune d'où s'élevait un joyeux brouhaha.

 

La compagnie se trouvait dans la grande salle commune de l'auberge. L'assemblée était nombreuse et mêlée, comme le constata Frodon quand ses yeux furent accoutumés à la lumière. Celle-ci provenait principalement d'un flamboyant feu de bois, car les trois alnternes qui pendaient au palfond étaient ternes et à demi-voilées parlal fumée. Prosper Poiredebeurrée était debout près du feu et parlait à un couple de nains et à un ou deux hommes d'allure étrangère. Sur les bancs se trouvaient des gens divers: Hommes de Bree, un groupe de Hobbits locaux (assis à bavarder ensemble), quelques autres nains et d'autres formes vagues, difficiles à distinguer dans les ombres et dans les coins.

Le Seigneur des Anneaux, la Communauté de l'Anneau, Livre 1 chapitre 9, J.R.R. Tolkien.

L'atmosphère était enfumée et un certain vacarme régnait à l'intérieur. Un ménestrel Hobbit sur l'estrade du fond de la salle tentait tant bien que mal de couvrir le bruit ambiant au son de sa flûte. Il y avait des nains, des Hobbits, des Hommes, et, chose surprenante en ce lieu, quelques elfes attablés à l'écart. Prosper Poiredebeurré, le tenancier et vieil ami, se tenait près du comptoir où deux nains étaient occupés à boire et bavarder de façon animée.

J'allai saluer mon vieux compagnon qui m'accueillit chaleureusement. Avant qu'il ne commence ses interminables discours, je lui demandais si un salon privé était disponible. Il me répondit positivement et me mena en personne jusqu'au petit salon où le calme contrastait grandement avec la salle commune si bruyante. Après avoir pris ma commande il me laissa et je poussai un soupir de soulagement.

 

Ils se trouvèrent alors dans une petite pièce douillette. Un feu clair brûlait dans l'âtre, devant lequel étaient disposés des fauteuils bas et confortables. Il y avait une table ronde sur laquelle était déjà étendue une nappe blanche, et dessus une grosse clochette.

Le Seigneur des Anneaux, la Communauté de l'Anneau, Livre 1 chapitre 9, J.R.R. Tolkien

Je m'effondrai presque sur un des fauteuils près du feu. J'étais perclus de fatigue et j'avais mal à tous les membres. Je profitais du confort de la pièce pour allumer une pipe et je jouai distraitement avec des ronds de fumée. Nob vint bientôt m'apporter le dîner que je dévorai comme un ogre. J'étais trop fatigué pour profiter de la salle commune ce soir là, et je ne tardai guère à rejoindre ma chambre et sombrer dans un sommeil profond.

Les Hauts des Galgals

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Le Seigneur des Anneaux Online ?

1096 aiment, 179 pas.
Note moyenne : (1332 évaluations | 106 critiques)
8,6 / 10 - Excellent
Evaluation détaillée de Le Seigneur des Anneaux Online : Les Ombres d'Angmar
(843 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1642 joliens y jouent, 3648 y ont joué.