Annonce
Le code promotionnel de la semaine MORSOL pour une teinture jaune

Le Premier Age

Retour en Beleriand

Le Premier est l’âge du soleil et de la lune. C’est aussi l’âge où les pères des hommes s’éveillèrent, dans le Hildorien, loin dans l’est. C’est surtout l’âge de la guerre sans espoir que les Hauts Elfes, ceux qui avaient vu Valinor, ont livrée à Morgoth pour la possession des Silmarils, les bijoux créés par Fëanor, le plus talentueux des Elfes.

Après la mort des arbres et le vol des Silmarils, Morgoth était revenu à Angband, son ancienne forteresse. Celle-ci était située au nord du Beleriand, une région aujourd’hui engloutie par les eaux, qui constituait alors l’extrémité occidentale de la Terre du milieu. Là vivaient les Elfes-Gris ou Sindar. Leur suzerain était Thingol, qui avait renoncé à Valinor pour l’amour de Melian la Maia. Thingol demeurait dans le Doriath et sa capitale était Menegroth aux milles cavernes, bâtie avec l’aide des nains. Venus de l’est durant la captivité de Melkor, ces redoutables guerriers et habiles forgerons faisaient en effet beaucoup de commerce avec le Doriath.

Dès son retour à Angband, Morgoth rassembla ses anciens serviteurs et lança les Orcs à l’assaut du Beleriand. Les Sindar durent se réfugier dans les Havres des Falas et dans le Doriath, autour duquel Melian tissa une barrière magique, l’Anneau de Melian, que seuls pouvaient franchir ceux qui avaient la faveur de Thingol son époux.

C’est après ces événements que Fëanor et ses fils débarquèrent dans le Nord du Beleriand. Il y eut une grande bataille, Dagor-nuin-Gilliath, la Bataille sous les étoiles, car la lune n’était pas encore apparue. Quoique inférieurs en nombre, les Noldor furent victorieux, car la lumière d’Aman brillait encore dans leurs yeux et les Orcs s’enfuirent devant eux. Hélas, dans sa folle témérité, Fëanor se mit trop en avant et il fut frappé à mort par des Balrogs; et Maedhros, son fils aîné, fut fait prisonnier.

Après la mort de leur père et la capture de leur frère, les fils de Fëanor se replièrent et c’est à ce moment que Fingolfin entra à son tour dans le Beleriand. Son arrivée coïncida avec l’apparition de la lune et du soleil. Et le monde entier fut dans l’étonnement. Arda entrait ainsi dans le Premier âge des Années du soleil.

Fingolfin jugea plus sage de recouvrer des forces avant d’attaquer directement les Portes d’Angband, car elles étaient excessivement fortes. De plus, il y avait inimitié entre les Fëanoriens et le peuple de Fingolfin, que Fëanor avait abandonné dans le nord d’Aman. Heureusement Fingon, un des fils de Fingolfin, parvint à délivrer Maedhros et par cet acte, il permit la réconciliation entre la maison de Fingolfin et celle de Fëanor: les fils de Fëanor se repentirent de la trahison de leur père et en signe de bonne volonté, Maedhros renonça à la royauté en faveur de Fingolfin son oncle, qui devint le haut roi des Noldor.

Les royaumes des Noldor

Il y eut alors la paix pendant un temps. Les Noldor décidèrent de se fixer autour de la plaine sur laquelle débouchent les portes d’Angband et d’empêcher ainsi Morgoth de nuire puisqu’ils ne pouvaient le vaincre par l’assaut. Les trois grandes maisons des Noldor (issues des trois fils de Finwë, premier roi des Noldor), se répartirent comme suit : à l’ouest vint demeurer la maison de Fingolfin, dans l’Hithlum et le Nevrast; au centre, les fils de Finarfin (Finarfin lui-même était resté à Valinor) s’établirent dans la vallée de Sirion et les hauts-plateaux du Dorthonion; à l’est les fils de Fëanor se fixèrent dans le pays de Lothlann et les territoires environnants. Et les Noldor bâtirent des demeures et se lièrent avec les Sindar.

C’est à cette époque que Ulmo apparut à Turgon, le deuxième fils de Fingolfin et à Finrod, fils de Finarfin. Il leur mit à coeur de chercher des lieux dérobés pour y construire des places sûres en prévision de temps de malheur. Car Ulmo savait que la puissance et la vaillance des Noldor ne parviendrait jamais à renverser Morgoth, un Valar. Finrod bâtit la ville de Nargothrond, qui était creusée dans les parois d’une gorge profonde que peu connaissaient. Turgon, lui, découvrit une vallée cachée dans laquelle il bâtit en grand secret Gondolin la Blanche

Le Grand siège

Morgoth tenta de briser l’encerclement, mais il fut à nouveau défait dans la bataille de Dagor Aglareb, la Glorieuse. Ainsi débuta le Grand Siège. Morgoth était désormais serré de près et les Noldor établirent des forts dans la plaine et leurs cavaliers patrouillaient sans relâche, de sorte que nul ne pouvait sortir sans être immédiatement repéré. Ce siège se prolongea pendant près de 400 ans et s’il y eut encore des escarmouches et des raids, il n’y eut plus de grande bataille et le Beleriand connut une longue période de paix.

L'arrivée des Edain

C’est dans cette période, vers l’an 300 du Premier Age, que Finrod, roi de Nargothrond, rencontra les premiers hommes à être entrés dans le Beleriand. Ces hommes faisaient partie de trois peuples qui avaient voyagé toujours plus loin vers l’ouest, attirés par les rumeurs sur le fabuleux continent d’Aman et les puissants royaumes des Elfes. Ils cherchaient à échapper aux ténèbres qui se répandaient dans l’est car Morgoth, lorsqu’il avait eu vent de l’éveil des deuxième-nés des enfants d’Illuvatar, s’était rendu secrètement parmi eux pour répandre des mensonges et semer le doute dans leur coeur. Et la plupart des hommes de l’est vivaient dans la peur.

Les Noldor virent que les hommes des trois peuples étaient forts et vaillants et ils en firent leurs alliés dans leur guerre contre Angband. Ils les appelaient Edain, le Deuxième peuple, et ils leur donnèrent des terres pour s’installer. Le peuple de Bëor se fixa dans le Dorthonion. Le peuple de Hador, le plus puissant et aussi le plus nombreux, se vit attribuer le Dor-lomin et il servit Fingolfin le Haut RoI. Quant aux Haladin, Thingol de Doriath leur permit de vivre dans la forêt de Brethil.

Les Edain lièrent ainsi leur destin à celui des Noldor. Ils apprirent beaucoup des Elfes au point de dépasser en sagesse et en savoir les peuplades restées dans l’est. Les Noldor et les Edain jouissaient de la Longue Paix et les seigneurs Elfes finirent par se satisfaire de cette situation. Et même les fils de Fëanor semblaient avoir mis leur serment en sommeil. Mais Morgoth avait mûri sa revanche.

Dagor Bragollach

Vint une nuit d’hiver sans lune, en l’an 455. Sans avertissement, des fleuves de lave jaillirent des montagnes qui gardaient les portes d’Angband et ils recouvrirent toute la plaine, tuant ceux qui y montaient la garde. Ainsi débuta Dagor-Bragollach, la Bataille de la flamme subite. Les portes d’Angband s’ouvrirent. Glaurung, le père des dragons, apparut et derrière lui venaient des Balrogs, et des légions innombrables d’Orcs. Ils assaillirent les armées des Elfes et des hommes et ils les balayèrent. A l’ouest, Fingolfin fut rejeté dans l’Hithlum. Au centre, le Dorthonion fut envahi et Finrod ne dut son salut qu’à Barahir, chef de la maison de Bëor qui, à la tête des hommes de Dorthonion, se fraya un passage dans la masse des Orcs pour dégager le roi de Nargothrond. A l’est, les fils de Fëanor furent chassés de leurs terres et s’enfuirent. Seul Maedhros, enfermé dans la grande forteresse de Himring résista à tous les assauts.

Alors, contemplant le désastre et la ruine des royaumes des Noldor, Fingolfin partit seul défier Morgoth et tous ceux qui le virent s’enfuirent devant sa face car dans sa colère, Fingolfin était comme Oröme le grand chasseur et nul n’osait s’opposer à lui. Le duel dura longtemps et Fingolfin blessa son ennemi par sept fois, et il lui trancha le pied gauche. Mais Morgoth fut le plus fort. Ainsi périt le plus grand des anciens rois des Elfes.

A la mort de Fingolfin, le titre de Haut roi passa à son fils Fingon, mais lui, pressentant la ruine définitive des Noldor, envoya son fils Gil-galad à l’abri dans les Havres des Falas.

Au printemps de l’année suivante, l’assaut d’Angband s’affaiblit et un calme relatif s’installa. Les armées d’Angband ne parvenaient ni à prendre l’Hithlum, ni à descendre le fleuve Sirion plus bas que la forêt de Brethil où veillaient les Haladin. Et Morgoth savait peu de choses sur Nargothrond, la ville cachée de Finrod, et il ignorait encore tout de Turgon et de son royaume secret de Gondolin.

C’est à cette époque qu’arrivèrent en Beleriand les premiers hommes basanés. Plus petits que les Edain, ils avaient les cheveux et les yeux bruns. Un grand nombre d’entre eux s’engagèrent au service des fils de Fëanor, mais plusieurs étaient des traîtres au service de Morgoth.

L’épopée de Beren et de Luhtien

C’est aussi en ce temps-là, neuf années après la Dagor Bragollach, que Beren fils de Barahir, dernier homme libre de Dorthonion, quitta son pays pour fuir vers le sud. Il parvint aux frontières du Royaume de Doriath et il franchit l’Anneau, car son destin était plus grand que le magie de Melian. Là, dans la forêt de Neldoreth, il rencontra Luthien, la fille de Thingol et de Melian, la plus belle des créatures qui vécut jamais sur la terre. Ainsi débuta la Quête prodigieuse de Beren que nous nous contenterons d’évoquer ici. En effet Beren et Luthien s’aimaient, mais Thingol, qui ne voulait pas consentir à une union entre sa fille et un homme mortel, posa comme condition que Beren lui rapporte un des Silmarils de la couronne de Morgoth. Avec l’aide du roi Finrod, de Huan, le grand chien de Valinor et de Thorondor, le roi des Grands aigles de Mamwë, Beren et Luthien parvinrent miraculeusement à dérober un des fabuleux bijoux et à la ramener au Doriath. Cet exploit devait avoir des conséquences désastreuses, car Finrod, le roi de Nargothrond, paya de sa vie sa dette envers le père de Beren. Huan, le grand chien, mourut en tuant Carcharoth, le grand Loup d’Angband. Beren lui-même, mortellement blessé par Carcharoth, mourut peu après avoir remis le Silmaril à Thingol. Lorsqu’elle apprit la mort de son amant, Luthien se laissa mourir à son tour, plongeant tout le Doriath dans la tristesse et le deuil.

Les Valar eurent pitié de Beren et de Luthien et il leur fut accordé de vivre une nouvelle fois ensemble, à la condition que Luhtien abandonne la race des Elfes et opte pour le destin des humains, qui est de quitter le monde après la mort. Luthien accepta, et seule de tous les Eldar, elle est morte et a définitivement quitté le monde.

Beren et Luthien choisirent de vivre leur deuxième vie à l’écart, loin dans le sud-est du Beleriand et Luhtien y donna naissance à Dior le semi-Elfe, unique héritier de Doriath. Et le Silmaril qu’ils avaient arraché à Morgoth resta en possession de Thingol. Aussitôt, les fils de Fëanor le réclamèrent impérieusement, mais Thingol ne voulut pas leur céder le joyau et ce d’autant plus que certains des fils de Fëanor avait tenté de faire échouer la Quête de Beren, et ils avaient même tenté de le tuer.

Maedhros, encouragé par ce que Beren était parvenu à accomplir, pensa que Morgoth n’était pas invincible et il chercha à unir les Noldor et les Edain pour un suprême assaut sur Angband. L’Union de Maedhros ne fut pas parfaite, car Thingol refusa de marcher sous la bannière de Fëanor. Maedhros eut également peu d’aide de Nargothrond, où l’on se souvenait que les fils de Fëanor avaient refusé d’aider feu le roi Finrod lorsque celui-ci accompagna Beren. Mais Maedhros fut appuyé par une forte troupe de nains et aussi un grand nombre d’hommes de l’est. Et Fingon vint avec les Noldor d’Hithlum et les hommes de Brethil et de Dor-lomin. Et Turgon partit lui aussi avec son armée.

L’année des lamentations

En l’an 473, au solstice d’été, tout était prêt. Fingon sortit du Hithlum et rangea ses armées face à la plaine en attendant le signal de Maedhros, qui devait attaquer à partir de l’est. Fingon attendit, mais Maedhros fut retardé par les traîtres qui servaient dans ses rangs. Alors, n’y tenant plus, Noldor et Edain se ruèrent à l’attaque et leur ardeur fut telle qu’ils arrivèrent aux portes d’Angband et prirent pied sur les escaliers mêmes qui menaient au coeur de la forteresse. Mais Morgoth fit sortir des réserves et Fingon fut repoussé loin dans la plaine. Là commença la bataille de Nirnaeth Arnoediad, les Larmes sans nombre, le tombeau des espoirs des Noldor et des Edain.

Fingon luttait pied à pied lorsque Maedhros parut enfin dans la plaine. Alors Morgoth jeta ses dernières réserves dans la bataille et les Noldor furent assaillis par des loups, des Balrogs et des dragons. Glaurung, terrible père des dragons, s’interposa entre Fingon et Maedhros et seuls les nains pouvaient tenir devant lui. C’est à ce moment que la trahison des hommes de l’est éclata au grand jour et Maedhros fut attaqué dans le dos par les traîtres. Après une âpre lutte, ses troupes furent anéanties et dispersées.

A l’ouest, les deux frères, Fingon et Turgon, luttaient à un contre trois. Bientôt, leurs armées furent séparées et Fingon tomba, le crâne fendu par la hache d’un Balrog. Restait Turgon et l’armée de Gondolin, et avec lui les hommes de Dor-lomin. Alors, Hurin et Huor leurs chefs supplièrent Turgon de fuir vers Gondolin pendant qu’ils couvriraient sa retraite, car, lui dirent-ils, “En vous réside le dernier espoir des Eldar”. Turgon put ainsi regagner Gondolin sans être suivi. De tous les actes de bravoure que les pères des hommes ont accomplis pour les Eldars, le sacrifice des hommes de Dor-lomin est le plus renommé, car aucun d’entre eux ne revit ses foyers.

Nargothrond tombe

La victoire de Morgoth était complète. Non seulement ses plus puissants ennemis étaient anéantis, mais la trahison des orientaux avait installé une méfiance perpétuelle entre les hommes et les Eldar qui désormais n’avaient plus confiance que dans les Edain. L’année suivante, l’ennemi prit Eglarest et Brithombar. Les habitants qui parvinrent à s’échapper se réfugièrent dans l’île de Balar et près de l’embouchure du Sirion. Et Gil-galad, le fils de Fingon était parmi eux.

Le fils de Hurin se nommait Turin. Il devint un grand guerrier et il se couvrit de gloire en maintes occasions, mais il fut aussi responsable de la mort d’un grand nombre d’hommes et d’Elfes car Morgoth avait maudit la descendance de Hurin qui l’avait défié. Elevé en Doriath, il s’en échappa et passa au Nargothrond où il gagna la faveur du roi Orodreth. Là, il devint le Mormegil, l’Epée Noire de Nargothrond et les Orcs s’enfuyaient à la vue de Gurthang, sa terrible épée. Galvanisés par sa vaillance, les Elfes de Nargothrond finirent par abandonner toute prudence et ils se révélèrent à leur ennemi. En l’an 496, Glaurung et une multitude d’Orcs s’abattirent sur le royaume de Orodreth et Nargothrond fut mise à sac sans que Turin put l’empêcher. Turin eut cependant sa vengeance car quelques années plus tard, il parvint à surprendre Glaurung et il enfonça Gurthang dans le ventre du grand serpent, jusqu’à la garde. Ainsi mourut le Père des dragons.

La Ruine de Doriath

Nargothrond n’était plus, mais Doriath et Gondolin tenaient encore tête à l’ennemi. Thingol, protégé par l’Anneau de Melian, allait causer lui-même sa perte. Le Silmaril qu’il possédait exerçait sur lui une fascination croissante et il conçut l’idée de le faire sertir dans le Nauglamir, ce collier fabuleux que les nains avaient réalisé autrefois pour Finrod de Nargothrond. Thingol prit le Nauglamir et le confia à des artisans nains de Nogrod pour qu’ils y intègrent le Silmaril. Les nains s’exécutèrent, mais lorsque leur ouvrage fut terminé, le Nauglamir illuminé par le Silmaril était si magnifique qu’ils tuèrent Thingol pour se l’accaparer. Cet acte déclencha une guerre entre les nains de Nogrod et le royaume de Doriath et une grande armée de nains parvint jusqu’à Menegroth et ils pillèrent la cité aux mille cavernes qui n’était plus protégée par l’Anneau. En effet, Melian, à l’annonce de la mort de son époux, avait quitté la terre du Milieu pour retourner à Valinor.

Finalement, les nains furent anéantis et Dior semi-Elfe, le fils de Beren et Luhtien, monta sur le trône. Hélas, le beau royaume des Sindar n’était plus protégé et les fils de Fëanor, tenus par leur serment, donnèrent l’assaut à Menegroth pour récupérer le Silmaril. Trois des fils de Fëanor périrent dans la bataille, mais Dior fut tué, et sa femme et ses fils avec lui. Seule Elwing sa fille parvint à s’enfuir vers les havres de Sirion, emportant avec elle le Nauglamir. Ainsi périt définitivement le royaume de Doriath, en l’an 509 du Premier âge.

Le dernier bastion

Seule Gondolin la Blanche faisait encore échec à Morgoth, mais son sort était déjà scellé. Un traître, le propre neveu de Turgon, avait révélé l’emplacement de la vallée secrète à Morgoth. Gondolin fut attaquée par surprise au cours de l’été de l’an 511 et peu de survivants en réchappèrent. Idril, la fille du roi Turgon, parvint à s’enfuir avec son mari, Tuor, fils de Huor, que Turgon avait accueilli en souvenir du sacrifice de son père dans la Nirnaeth Arnoediad. Et Turgon aimait tant Tuor qu’il lui avait accordé la main de sa fille. Les deux époux et Eärendil leur fils trouvèrent refuge auprès des survivants des Falas, aux havres de Sirion.

Il n’y avait plus désormais de royaume Elfe en Beleriand, mais uniquement des survivants. Gil-galad, qui résidait dans l’île de Balar, devint le haut roi. Dans les havres de Sirion, Eärendil épousa Elwing la fille de Dior et ensemble, ils partirent sur le navire Vingilot à la recherche de Valinor, pour plaider la cause des deux races devant les Valar. Grâce au Silmaril d’Elwing, dont la lumière se faisait sans cesse plus forte à mesure qu’ils se rapprochaient de Valinor, ils parvinrent à trouver le rivage des Terres éternelles. Là, Eärendil le semi-Elfe, au nom des deux races, s’inclina devant les Valar et demanda pardon pour les Noldor et pitié pour les hommes. Et sa supplique fut entendue.

La Guerre de la Colère

Alors les Valar se levèrent et les Elfes Vanyar prirent les armes. Ils franchirent la mer et affrontèrent Morgoth. Ce fut la Guerre de la Colère, et on en sait peu de choses, car les Noldor du Beleriand n’y participèrent pas. Malgré les Orcs, malgré les Balrogs, malgré la terreur des dragons ailés d’Ancalagon le Noir, Morgoth fut vaincu définitivement. Les Valar le saisirent, ils arrachèrent les deux derniers Silmarils de sa couronne, puis, ils le jetèrent dans le vide au-delà des Murs de la nuit.

Alors, contraints par leur terrible serment, Maedhros et Maglor, les derniers des 7 fils de Fëanor, se glissèrent de nuit dans le camp des Valar et ils dérobèrent les joyaux. Mais ce fut inutile, car trop de sang avait coulé par leur faute et les deux pierres, qu’aucune main impure ne pouvait toucher, les brûlèrent cruellement et le serment était vain. Maedhros se donna alors la mort en se jetant dans un crevasse emplie de lave. Maglor, lui, jeta le dernier Silmaril dans la mer.

Après leur victoire, les Valar appelèrent tous les Elfes du Beleriand à les rejoindre en Valinor, et un grand nombre des Eldar passèrent la mer vers l’ouest. Et aux semi-Elfes il fut demandé de choisir entre le sort des Elfes ou celui des hommes. Eärendil et Elwing choisirent d’être unis aux Elfes et ils vinrent habiter en Aman. En Aman, Eärendil entreprit de grands voyages sur Vingilot, et il parcourait souvent les océans du ciel. Et le Silmaril brillant sur son front est comme une étoile dans le firmament. Ainsi, un Silmaril finit dans le ciel, un autre dans la terre et un autre dans la mer.

Précédent
Le Deuxième Age

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Le Seigneur des Anneaux Online ?

1070 aiment, 177 pas.
Note moyenne : (1302 évaluations | 106 critiques)
8,6 / 10 - Excellent
Evaluation détaillée de Le Seigneur des Anneaux Online : Les Ombres d'Angmar
(836 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1620 joliens y jouent, 3621 y ont joué.