Annonce
Avec le code LOTROHOPE vous aurez un bonus d'espoir !

A la découverte des Drúedain

A la découverte des Drúedain

Mais qui sont vraiment les Drúedain ? 

C’est la mise à jour 18 « Les Champs du Pelennor » qui nous permet de découvrir ce peuple de la Terre de la Milieu, c’est la première fois qu’il apparaît en tant que tel dans le Seigneur des Anneaux Online.

Drúedain

Les Drúedain, aussi appelés Hommes sauvages ou Hommes de bois peuplent la Terre du Milieu depuis l’éveil des Edain et font donc partie de la race des hommes. 

Peu d’écrits leurs sont consacrés, ils apparaissent essentiellement dans les contes et légendes inachevés et bien sur dans le Seigneur des Anneaux (le retour du roi chapitre la chevauchée des Rohirrim).

Tout comme nous le fait découvrir le livre épique, les Rohirrim rencontrent le chef des Drúedain alors que cela fait quatre jours qu’ils chevauchent en direction de Minas Tirith.

C’est leur chef Ghân-buri-Ghân (signifiant en Drúedain Ghân fils de Ghân) qui se présente à Theoden et lui propose son aide afin de traverser la forêt des Drúedain alors remplie d’orcs au service du Mordor.

Que sait-on d’eux ?

Ils s’éveillent tout comme les Hommes au premier âge, sûrement au sud du Mordor, ils en sont chassé par les Hommes de l’Est que Melkor a déjà corrumpu.

Ils passent alors l’Anduin, et rencontrent le peuple d’Haleth et la maison des Hador. 

Même au contact d’autres membres de leur race, ils gardèrent leurs habitudes et leur mode de vie.

Ainsi même s’ils apprirent à parler la langue commune et le Sindarin, ils gardèrent leur langage propre qui restera leur principal mode d’expression. Ils ne sortent que rarement des bois et gardaient fortement ancrées leurs coutumes.

Malgré cela , ils restaient très appréciés des Hommes et des Elfes notamment pour leur haine viscérale des orcs et leur habilité au combat.

Comment sont-ils décrits ?

« C’était des gens trapus, et courts-pattus, très larges d’épaules et avec un gros derrière, ils avaient la face épanouie et les yeux profondément enfoncés dans les orbites sous un front bas et proéminent, le nez épaté et au dessous de leurs sourcils, il ne leur poussait plus un poil »

« Leur grande bouche était le seul trait mobile dans leur visage d’ordinaire impavide. Mais il y avait un éclat furtif dans leurs yeux sombres […] les prunelles aussi noires que la pupille mais qui  flambaient de rouge lors d’un accès de colère ».

« Et leur voix était profonde et gutturale, mais leur rire surprenait : un rire chaud et ample qui allait cascadant, incitant tous ceux qui l’entendaient, Elfes ou Hommes, à rire de concert, et par pure joyeuseté, sans ombre de malice ou de mépris »

Et normalement cette dernière description vous rappelle forcément une quête que vous avez réalisé dans leur campement (mais si !). De même et c’est bien rendu en jeu, ils jouaient du tambour pour communiquer mais aussi par plaisir.

Malheureusement, au regard des la longévité des Hommes, ils avaient une vie brève et leur nombre allait toujours en s’amenuisant, car ils ne comptaient pas leurs pertes dans leur lutte contre les Orcs.

Malgré leur air rustre ils avaient une connaissance « aussi étendue » que celle des Elfes, de tout ce qui pousse dans le sol. Ils n’apprirent jamais l’écriture ni ne maîtrisèrent les runes, mais connaissaient les pigments issus de plantes et dessinaient une certains nombres de signes, images et motifs ornementaux. En outre, ils avaient un rare talent pour sculpter dans le bois ou la pierre, ils créent ainsi de grandes sculptures qui pour certaines avaient une « forte semblance de vie ».

(Sur ce point précis, la sculpture du bois, cela devrait également vous rappeler une certaine quête.)

 Ils en arrivèrent même à se représenter et plaçaient leurs images à l’orée des bois, ces sculptures étaient appelées « pierres de garde », et la terreur qu’ils inspiraient aux orcs leur faisait  faire demi-tour à leur simple vue. Les Drúedain possédaient également la capacité de rester des jours durant assis ou debout immobiles, les yeux mi clos, ce qui fait qu’il était donc facile des les confondre avec leurs homologues de pierre. 

 

Drúedain

Il est même rapporté qu’un Drûg, appelé Aghan alors parti soigner les blessures de son frère blessé par un orc, quitta le camp qu’il partageait avec Barach du peuple d’Haleth. Il laissa quand même avant de partir un des pierres de garde. 

Lors de l’attaque du camp, et alors que lui même, pourtant loin s’était endormi, la pierre prit vie et défendit le campement, étaignant même à la fin un feu de ses pieds de pierre. Quand Aghan revînt sur les lieux (place à Tolkien) :

« la pierre-de-garde, assise sur un Orc mort ; mais ses jambes étaient toutes noires et craquelées, et l’un de ses pieds s’était détaché et gisait à ses côtés. Aghan parut attristé ; mais il dit : « Eh bien ! Il a fait ce qu’il a pu ! Mieux vaut que ç’aient été ses jambes à lui qui aient piétiné le feu des Orcs, que les miennes !»

« Et il s’assit et délassa ses chaussures de daim, et Barach vit qu’elles recouvraient des bandages sur ses propres jambes. Aghan défit les bandes. « Cela cicatrise déjà, dit-il. Je veillais près de mon frère deux nuits de suite, et la troisième je m’endormis, mais me levant au petit matin, je me sentis tout souffrant, et je découvris mes jambes couvertes de cloques. Alors je devinais ce qui s’était passé. Hélas, si tu transmets un peu de ton pouvoir à une chose que tu as façonnée, il te faut bien prendre ta part de ses maux »

Reprenons l’histoire…

Les Drúedain ont donc passé une partie du premier âge au côté des Hommes, des Elfes et pour certains échanges commerciaux avec les Nains.

A la fin du premier âge, très affectés par la guerre contre les Orcs et peu nombreux, ils se rassemblent autour de l’embouchure du Sirion.

Le Deuxième âge

Dunharrow
Peu de nouvelles nous sont venues de ce peuple, comme tous les Edain à la fin de la guerre contre Melkor, qui a été vaincu, nos petits amis partirent pour Numénor, néanmoins beaucoup d’entre eux préfèrent rester en Terre du Milieu.

C’est lors cet âge que Dunharrow est construit, endroit où ils laissèrent de nombreuses pierres de garde.

Pour ceux partis à Numenor, ils se prononcent contre les incursions en mer d’un des roi des l’Ouest, et finirent par quitter l’île (on parle alors de leur capacité de clairvoyance).

Le Troisième âge !

Taur Drúadan
Les sages du Gondor connaissent leur existence mais ils sont au mieux ignorés, et ce n’est au final que quand Ghân-buri-Ghân se présente à Theoden qu’ils se révèlent. 

C’est donc notre chef des Drúedain qui propose à Theoden de le conduire par des chemins cachés (autrefois utilisés par les Gondoriens au faîte de leur puissance), et hors de portée des nombreux orcs postés là par Sauron pour empêcher que les Rohirrim ne gagnent Minas Tirith.

 

(Elessar Telcontar leur donnera ensuite pleine propriété de la forêt des Drúedain (aussi appelée Taur Drúadan) dans laquelle aucun homme ne devait pénétrer sans leur autorisation).

 

Drúedain

C’est un peu long et peut être fastidieux à lire mais j’espère que vous avez apprécié la découverte de ce peuple, autant que j’en ai eu à le découvrir en jeu !


  • En chargement...

Que pensez-vous de Le Seigneur des Anneaux Online ?

1077 aiment, 177 pas.
Note moyenne : (1310 évaluations | 106 critiques)
8,1 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Le Seigneur des Anneaux Online : Les Ombres d'Angmar
(838 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1627 joliens y jouent, 3630 y ont joué.